Aujourd’hui l’association vous propose un article du journal Le Monde concernant la politique de subvention de la ville de Paris et l’agence de l’Eau vers les agriculteurs.

Article en libre accès sur le site du Monde

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/02/17/paris-va-subventionner-les-agriculteurs-pour-ameliorer-la-qualite-de-l-eau-du-robinet_6029860_823448.html

Cet article de Denis Cosnard dans Le Monde explique comment la Ville de Paris et l’agence de l’eau Seine-Normandie vont subventionner directement les agriculteurs qui s’engagent à utiliser moins de pesticides et moins d’engrais.

L’eau distribuée à Paris par la régie Eau de Paris est produite à 50 % à partir d’eau de rivière dans deux usines de l’agglomération parisienne et à 50 % à partir d’eaux souterraines captées dans des territoires plus éloignés, en Seine-et-Marne, dans l’Yonne et l’Eure-et-Loir.

L’agriculture « conventionnelle » utilise des engrais azotés pour favoriser la croissance végétale et des pesticides pour combattre les organismes nuisibles. Pourtant, dans les territoires qui alimentent les captages, ils menacent la qualité de l’eau brute. Eau de Paris est alors contrainte d’appliquer des traitements plus poussés, donc plus coûteux, pour respecter les exigences de l’arrêté du 11 janvier 2007 sur les limites de qualité applicables à l’eau du robinet.

Comment combattre à la source les engrais azotés ou les pesticides ? La plupart du temps, aucun texte ne les interdit et les bannir risquerait de déséquilibrer la filière agricole dans des territoires fragiles. C’est pour cela qu’une autre stratégie se développe : l’incitation financière. Elle consiste à aider financièrement les agriculteurs qui se convertissent à l’agriculture « biologique ». Cet article souligne que pour la fois, la Commission européenne a validé le principe d’une aide directe aux agriculteurs de la part des acteurs de l’eau (la Ville de Paris et l’agence de l’eau).

Si ces nouvelles mesures paraissent encourageantes, il faudra être très patient pour en voir les effets.

Etienne D.

Rédacteur